Cowes Cup GC32 Armin Strom vainqueur, Sultanate of Oman s’offre le Tour de Wight

La seconde étape du Bullitt GC32 Racing Tour a été nettement plus musclée que l’étape autrichienne. Les eaux du Solent ont offert des conditions variées aux équipages avec une dernière journée de régates dans une brise d´ouest de 20 noeuds.
Le niveau de la flotte était très homogène, chaque équipage étant capable de remporter des manches. Lors de la première journée, dans une brise de 12-13 noeuds, Alinghi, avec Ernesto Bertarelli à la barre, se montrait le plus régulier et se hissait à la première marche du provisoire avec Armin Strom à un point. La deuxième journée se courait dans une dizaine de noeuds, elle était moins favorable aux suisses, qui rétrogradait en quatrième position. L’équipage vainqueur en Autriche, Sultanate of Oman, brillait de nouveau et prenait la première place au provisoire. Le skipper du catamaran omanais, Leigh McMillan’s,  se fracturait la main sur une des manches et devait céder sa place à Paul Campbell James. Armin Strom se maintenait en seconde position à un point d’Oman Sail. Sébastien Rogues et son équipage d’Engie se montraient régulièrement aux avants postes et se classait 3ème avant la dernière journée.

By Sander van der Borch 2015 Bullitt GC32 Racing Tour
By Sander van der Borch
2015 Bullitt GC32 Racing Tour

La dernière journée était spectaculaire avec des situations proches du chavirage, l’expérience de Flavio Marazzi et de ses hommes leur permettaient de reprendre la première place devant Sultanate of Oman et Alinghi. Engie terminait 4ème à un point d’Alinghi et du podium de cette Cowes Cup. Le team Argo qui faisait son entrée sur le circuit se classait dernier, en retrait des quatre autres catamarans monotypes GC32. http://www.youtube.com/watch?v=0dnlobzHHi4 Classement de la Cowes Cup 1 Armin Strom Sailing Team 35 2 Sultanate of Oman 44 3 Alinghi 49 4 Team ENGIE 50 5 Team Argo 32 78

By Sander van der Borch 2015 Bullitt GC32 Racing Tour
By Sander van der Borch
2015 Bullitt GC32 Racing Tour

Au classement général après deux étapes, Sultanate of Oman creuse son avance devant Armin Strom, à égalité de points avec Alinghi. Classement 2015 1 Sultanate of Oman 3 2 Armin Strom Sailing Team 6 3 Alinghi 6 4 Team ENGIE 8 5 Spindrift racing 8 6 Team Argo 32 11

Samedi, quatre des cinq GC32 engagés sur la Cowes Cup participaient à la JP Morgan Round The Island Race 2015 (Tour de l’île de Wight). Armin Strom devait renoncer suite à une casse. Les GC32 se retrouvaient rapidement aux avant postes de la flotte de 1500 bateaux.
Paul Campbell James, qui remplaçait Leigh McMillan à la barre du catamaran omanais avait bénéficié des conseils de celui-ci avant le départ de cette classique anglaise et remportait la course dans la catégorie des GC32 : « Leigh a passé du temps avec nous tous vendredi, et cela a fait toute la différence. Nous espérions gagner et cela nous a vraiment aidé de pouvoir passer du temps à bord du bateau hier. L’équipage s’en est vraiment bien tiré, ils sont les meilleurs à ce jeu-là, et ils sont en tête du circuit, donc c’était parfait pour moi d’arriver dans cette position.  Le côté opposé de l’île était dans l’état le plus intense que j’ai jamais vu, nous avons plongé plusieurs fois avec les étraves juste pour ralentir le bateau afin qu’il ne fasse pas un soleil. Ce n’était pas facile de naviguer dans ces conditions et c’était éreintant physiquement, mais nous sommes tous de retour avec de grands sourires. »

By Sander van der Borch 2015 Bullitt GC32 Racing Tour
By Sander van der Borch
2015 Bullitt GC32 Racing Tour

Alinghi qui est resté au coude à coude avec le vainqueur termine à 56 secondes devant Engie et Argo. Cette course ne comptait pas pour le classement de la Cowes Cup. Au scratch, le MOD 70 Concise 10 (ex Paprec) terminait premier devant la flotte des GC32. Temps officiels arrivée Round the Island Race :

  1. MOD70 Concise : à 10:40:24, après 3h30min20sec Suivi de la flotte des GC32 :
  2. OMN1 Sultanate of Oman : à 11:00:31, après 03h50min31sec
  3. SUI008 Alinghi : à 11:01:27, après 03h51min27sec
  4. FRA001 Team ENGIE : à 11:03:47, après 03h53min47sec
  5. USA128 Team ARGO : à 11:06:06, après 03h56min06sec
Cowes Cup GC32 Armin Strom vainqueur, Sultanate of Oman s’offre le Tour de Wight

Groupama sponsorise le Team France

Annonces en série pour les challengers de la 35ème Coupe de l’America. Land Rover a annoncé mardi son soutien à l’équipe anglaise de Ben Ainslie, qui devient Land Rover BAR.

Hier Franck Cammas, Michel Desjoyaux et Olivier de Kersauson ont pu dévoilé le nom de leur sponsor. A la surprise générale, Groupama, fidèle soutien de Franck Cammas poursuit l’aventure avec la Coupe de l’America. L’assureur fournira 80% du budget, soit 5 millions d’€ par an.

L’équipage devrait être majoritairement français. Bien que le futur AC48 soit grandement monotype, le Groupama Team France devrait faire appel pour le développement des foils et de leur système de contrôle à d’anciens membres de Luna Rossa. Une partie des données de l’équipe italienne qui s’est retirée de cette America’s Cup  devrait permettre à Groupama Team France de combler une partie de son retard sur les autres challengers.

L’équipe française espère aussi l’organisation d’une étape des America’s Cup World Series en France en 2016.

Groupama sponsorise le Team France

L’actualité de la semaine

  • L’Hydroptère mené par Alain Thébault et Jacques Vincent a quitté Los Angeles pour Hawaii cette nuit, pour une tentative de record sur le Pacifique; Le temps à battre est détenu par Géronimo qui était mené par Olivier de Kersauson. Les deux français sont accompagnés par quatre équipiers américains pour cette tentative.http://www.youtube.com/watch?v=d5B_ZN61Lbo

La cartographie du record est à voir : ICI

  • Les Extreme Sailing Series vont adopter un catamaran à foils en remplacement du vieillissant Extreme 40. Le bateau restera monotype. Les organisateurs réfléchissent au format, soit faire courir les catamarans sans foils sur les plans d’eau très exigus ou alterner des journées de régate en « stade nautique » et d’autres sur plan d’eau « ouvert ». La date d’arrivée du nouveau monotype n’a pas été dévoilée.

 

  • La deuxième étape du Bullitt GC32 Racing Tour débute demain à Cowes, les conditions s’annoncent plus musclées qu’en Autriche. Les équipes enchaineront des parcours classiques sur le solent pendant 3 jours avant de terminer par le tour de l’île de Wight samedi.
    Le team américain ARGO, mené par jason Carroll fait son entrée sur le circuit, Ernesto Bertarelli prendra la barre d’Alinghi.
    L’équipe Spindrift racing a annoncé qu’elle ne participerait pas à cette épreuve suite à l’incident ayant impliqué le maxi trimaran Spindrift 2 lors de l’étape de la Volvo Ocean Race à Lorient.
Voile-Multicoques.com/Baptiste Morel
Voile-Multicoques.com/Baptiste Morel

 

  • Team France, challenger pour la 35ème Coupe de l’America tiendra une conférence de presse le jeudi 25 juin afin d’annoncer son partenaire principal.
    L’équipe menée par Franck Cammas, Olivier de Kersauson et Michel Desjoyaux  bénéficie déjà d’un accord avec le defender Oracle Team USA qui lui fournira le design de son premier catamaran AC48.
L’actualité de la semaine

Le Bol d’Or Mirabaud 2015 en images

 

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

 

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

 

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Le Bol d’Or Mirabaud 2015 en images

Bol d’Or Mirabaud 2015 : Team Tilt vainqueur à l’arrachée devant Alinghi et Ladycat

Le coup d’envoi du Bol d’Or Mirabaud a été donné hier à 10h, dans du petit temps, avec quelques noeuds seulement sur la ligne de départ.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

La flotte des multicoques restait groupée au milieu du plan d’eau pendant quelques minutes, alors que les premiers monocoques s’échappaient sur le côté suisse du lac et prenaient la tête jusqu’à Versoix. Ladycat powered by Spindirft racing était le premier D35 à se recadrer et prenait rapidement le leadership de la course. Zen Too tentait une option sur le côté français mais se retrouvait empétolé.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Ladycat powered by Spindrift racing comptait jusqu’à trois kilomètres d’avance sur ses poursuivants à la mi journée.
Mais le vent chutait au large de Meillerie et les poursuivants, notamment Realteam et Tilt revenaient.
Realteam barré par Jérôme Clerc passait en tête à la barge du Bouveret quelques secondes devant Team Tilt et Ladycat. Suivaient le Ventilo M1 Safram, Alinghi et Okalys.

IMG_0989

Le vent montait lors du retour vers Genève, et vers 20h les feux d’ « avis de prudence » commençaient à illuminer les bords du lac. Le retour sur Genève s’effectuait à haute vitesse sous de violents gains orageux.

Team Tilt attaquait dans ces conditions dantesques et revenait sur les leaders, ils parvenaient à passer Okalys et Alinghi.

Sébastien Schneiter, barreur de Team Tilt : « Le premier grain nous a aidés à revenir sur Alinghi et Okalys qui nous avaient un peu distancés, témoigne le skipper genevois . Le deuxième grain nous a permis de prendre la tête au large d’Yvoire après un beau duel avec Okalys. »

Team Tilt creusait ensuite un petit écart avec Alinghi, qui profitait d’une chute de pression à quelques centaines de mètres de l’arrivée pour revenir sur les jeunes régatiers.

S’engageait alors un duel d’empannages aux portes de la SNG,  Team Tilt parvenait à maintenir Ernesto Bertarelli et son équipage derrière eux grâce à de belles manoeuvres. Alinghi terminait à seulement 18 secondes du vainqueur.
Ladycat powered by Spindrift racing prenait une belle troisième place à une minute, après une belle remontée sur la fin de parcours.

IMG_1357

Ernesto Bertarelli, barreur d’Alinghi : « C’était une régate magnifique, déclare . Nous sommes très contents de notre performance et de notre belle remontée depuis le Bouveret. »
Sébastien Schneiter, barreur de Team Tilt : « C’était un peu à toi à moi toute la course, mais nous avons toujours été dans le groupe de tête. Nous avons alterné la barre avec Arnaud Psarofaghis pour ne pas trop se fatiguer. Dans les manoeuvres nous avions chacun nos postes, et cela marchait très bien ! Nous avons réussi à dépasser Okalys grâce à notre vitesse. Je pense que nous avons plus osé tirer sur le bateau ! Nous avons peut-être osé car nous sommes plus jeunes et avons donc moins peur. Après un début de course très lent, nous avons réussi à décoller dans le grain, des conditions qui nous plaisent bien. A la fin de l’orage, nous avons finalement tiré notre épingle du jeu ! »

Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com
Baptiste Morel/Voile-Multicoques.com

Dona Bertarelli, skipper de Ladycat powered by Spindrift racing : « Après une course avec de tels rebondissements et disputée dans des conditions météo qui ne nous ont laissé aucun répit, nous sommes heureux de notre podium ce soir. Nous avons fait une belle course avec une issue incertaine jusqu’à la fin. Nous avons pris un excellent départ avec cette échappée en avant de la flotte. Nous savions bien que rien n’était joué, loin de là ! Le vent s’est ensuite écroulé avant le Bouveret. Realstone et Tilt nous dépassent de peu avant la barge. Et après, tout se complique encore, avec des transitions dans des conditions instables. L’orage en formation happe le vent sur le plan d’eau. Il finit par éclater. Nous avons des éclairs tout autour de nous, le vent monte à 30 nœuds et on se demande si le mât va tenir. C’était vraiment chaud. Nous avons choisi d’abord de poursuivre coté français où le vent était le plus fort, puis en arrivant en approche sur Genève, nous avons choisi de monter du coté suisse. On était au coude à coude avec Veltigroup. Nous avons finalement décidé d’empanner une dernière fois pour aller chercher du vent vers la Suisse, ce qui nous a permis de les dépasser. Nous terminons troisièmes, à un peu plus d’une minute du vainqueur après douze heures de course ! »

Dans la catégorie M2,  Team Seven, barré par Bertrand Geiser s’imposait en 12h31’32’’. Teamwork, barré par Nils Palmieri et Petercam, barré par Frédéric Moura, terminaient respectivement à la seconde et la troisième place.

 

Classement du Bol d’Or Mirabaud

1 12:05:58 905 SUI 5 Team Tilt SCHNEITER M1
2 12:06:16 901 SUI 1 Alinghi 1 Bertarelli M1
3 12:07:09 910 SUI 10 Ladycat powered by Spindrift Racing Bertarelli M1
4 12:08:48 1309 SUI 11 veltigroup FORESTIER M1
5 12:09:40 906 SUI 6 Ylliam-Comptoir Immobilier DEMOLE M1
6 12:10:13 902 SUI 2 Okalys Grange M1
7 12:11:01 907 SUI 7 Realteam CLERC M1
8 12:11:20 908 SUI 8 Racing Django (8) ECKERT M1
9 12:12:17 1855 SUI 9 Mobimo Wahl M1
10 12:14:28 913 SUI 50 SAFRAM PECLARD M1
11 12:30:35 904 SUI 4 Zen Too LE PEUTREC M1
12 12:31:32 927 SUI 7 TEAM SEVEN GEISER M2
13 12:33:51 796 SUI 20 TEAMWORK Palmieri M2
14 13:11:11 921 SUI 10 Petercam MOURA M2

Deux GC32 prenaient part à la course, Edmond de Rothschild et un concurrent hongrois, les catamarans foilers étaient à la peine dans les petits airs en début de course.

Baptiste Morel/Voile-Multicoques

Edmond de Rothschild accélérait nettement après le passage au Bouveret, et pouvait enfin utiliser les capacités de foiling du catamaran monotype, hélas l’équipage était victime d’un démâtage au large d’Evian.

Sébastien Josse, barreur du GC32 Edmond de Rothschild : « En termes de résultat, aligner un GC32 sur cette course était un pari. Nous savions que selon les conditions météorologiques nous ne serions pas vraiment maîtres de notre destin. Il était clair que nous serions plutôt à l’aise au portant et si le vent dépassait les 7-8 nœuds. En dessous de ce seuil, le bateau ne serait pas adapté au plan d’eau. Et cela s’est parfaitement vérifié. Dans le petit temps et d’autant plus au près, les appendices traînent et ralentissent forcément notre progression. La première partie de course – les 35 et quelques milles vers le Bouveret, qui s’est déroulée majoritairement au près dans les petits airs n’était ainsi pas à notre avantage. Mais malgré tout c’était vraiment très intéressant et riche d’enseignements de devoir faire marcher le GC32 Edmond de Rothschild dans ces conditions. Sur la deuxième partie de course, quand le vent est monté d’un cran, nous aurions peut-être eu une belle carte à jouer pour revenir dans le paquet. La première moitié de course jusqu’au Bouveret n’a pas été évidente mais nous nous sommes accrochés et après presque 9h de course nous pointions à nouveau nos étraves vers Genève. Là, nous avons vu les orages se former doucement, la pluie arriver et surtout les feux d’avis de tempête, qui avertissent de l’arrivée imminente de vent sur le lac, scintiller. Après la pétole de la journée ça sentait la délivrance ! Le vent est rentré autour de 20 nœuds, ce qui était tout à fait maniable, et l’équipage a parfaitement négocié ce premier passage de grain en réduisant la voilure. Mais alors que nous étions calés en vol, avec une vitesse de 30-33 nœuds, le mât a cassé sans prévenir à deux mètres au dessus du pied de mât. Tout s’est déroulé très vite mais heureusement, personne n’a été touché dans sa chute. Un incident similaire était déjà arrivé à un autre GC32 l’an dernier mais nous avions justement éprouvé ce nouvel espar bien en amont en Bretagne pour éviter ce type de désagrément. Vraisemblablement, un problème subsiste. Il est encore trop tôt pour dire précisément ce qui a pu se passer mais nous allons chercher les raisons de cette casse ».

Au classement du D35 Trophy, Tilt creuse un avantage certain au général avec 4 points d’avance sur Alinghi, Ladycat est désormais sous la pression de Veltigroup et Okalys.

CLASSEMENT GENERAL APRES CINQ ETAPES |D35 TROPHY
1. Tilt Team 8 pts
2. Alinghi 12 pts
3. Ladycat powered by Spindrift racing 21pts
4. Veltigroup-Swisscom 22 pts
5. Okalys 25 pts
6. Realteam 30 pts
7. Zen Too 38 pts
8. Mobimo 38 pts
9. Racing Django 43 pts
10. Ylliam Comptoir Immobilier 46 pts
11. Oryx 47 pts

Bol d’Or Mirabaud 2015 : Team Tilt vainqueur à l’arrachée devant Alinghi et Ladycat

Team Tilt solide leader du D35 Trophy

 Le jeune équipe de Team Tilt, menée par Sébastien Schneiter et Arnaud Psarofaghis ont de nouveau dominé le grand prix de Versoix.
Six manches ont pu être courues vendredi dans un joli thermique de 7 à 11 noeuds, la situation anticyclonique sur le lac n’a pas permis au comité de lancer des régates dimanche.

Team Tilt gagnait deux manches et remportait le Grand Prix de Versoix 2 avec un point d’avance sur Alinghi, Okalys signe sa meilleure place depuis le début de la saison avec la dernière marche du podium.

Veltigroup-Swisscom se classait quatrième place devant Ladycat powered by Spindrift racing.

Classement Open de Versoix 2 :
1. Team Tilt, 15 : 4 4 1 1 5 (6)
2. Alinghi, 16 : 1 5 4 2 4 (7)
3. Okalys, 19 : 5 1 5 (9) 6 2
4. Veltigroup Swisscom, 21 : 3 3 3 (7) 7 5
5. Ladycat, 24 :7 (9) 6 5 2 4
6. Mobimo, 27 : 6 (10) 8 3 9 1
7. Realteam, 27 : (8) 8 7 8 1 3
8. Ylliam-Comptoir Immobilier, 27 : 2 7 2 (10) 8 8
9. Zen Too, 28 : 9 2 10 4 3 (11)
10. Racing Django, 45 : 10 6 9(11) 10 10
11. Oryx, 48 : (11) 11 11 6 11 9

Samedi, les équipages des D35 se retrouvaient sur la première classique lémanique de la saison, la Genève-Rolle-Genève. Les Decision 35 couraient dans la classe M1, tout comme le Ventilo M1 Safram. Ce catamaran a été optimisé cet hiver et espère faire de l’ombre aux D35, le Ventilo avait déjà remporté le Bol d’Or en 2013.

La course a été serré, le vent est progressivement rentré, Mobimo a dominé sur les deux premières heures, avant de céder la place de leader à Team Tilt au niveau de Rolle, Zen Too pointait second à la bouée.

Sur la fin de course, la flotte se scindait en trois : Oryx et Laydycat powered by Spindrift racing tentaient le côte suisse, Tilt, Okalys et Mobimo naviguait au milieu du lac. Mais l’option payante était du côté français. Veltigroup-Swisscom avait fait le bon choix tout comme Okalys et Alinghi. Ce trio formait le podium en D35 de la Genève-Rolle-Genève. Mais la victoire au scratch revenait au Ventilo M1 Safram Sailing qui gagnait de quelques longueurs.

Classement Genève-Rolle-Genève Décision 35 :

1. Veltigroup-Swisscom
2. Okyalys
3. Alinghi
4. Team Tilt
5. Ladycat powered by Spindrift Racing
6. Mobimo
7. Oryx
8. Realteam
9. Racing Django
10. Zen Too
11. Ylliam-Comptoir Immobilier

Tanguy Cariou, tacticien de Team Tilt : « C’était un week-end avec beaucoup d’enjeux, deux étapes du D35 Trophy et donc deux fois plus de points qu’un week-end classique. Nous avons plutôt bien géré vendredi. Nous avons fait des petites erreurs, mais terminons devant car la journée était difficile pour toutes les équipes. Samedi lors de la Genève-Rolle-Genève, nous n’avons pas pris un bon départ, mais avons par la suite bien navigué jusqu’à Yvoire au retour. Le facteur réussite de ces longues courses a ensuite souris à quelques équipes qui nous ont dépassé avant la ligne d’arrivée. Nous sommes un peu frustrés de cette quatrième place puisque nous étions en tête tout le long, mais nous sommes quand même satisfait de notre navigation ; tout s’est très bien passé à bord dans l’ensemble. La météo ne suivait pas les schémas classiques, c’était compliqué. Nous terminons juste derrière Alinghi, notre concurrent direct puisque c’est l’équipe la plus proche de nous au classement général. Entre l’Open de Versoix et la Genève-Rolle, nous marquons donc le même nombre de points qu’eux, une opération neutre ce week-end pour Team Tilt ! »

Loïc Forestier, skipper de Veltigroup-Swisscom :  » Nous prenons un bon départ sur cette Genève-Rolle, selon notre projet, côté suisse du lac. Puis les bateaux qui traversent le plan d’eau en premier touchent plus d’air et on se retrouve en queue de peloton et on subit jusqu’à Rolle. Nous passons derniers à la bouée de Rolle, quarante minutes derrière les premiers ! Dans cette situation il faut choisir un côté et s’y tenir. Il ne faut jamais rien lâcher, faire avancer le bateau pour se donner la possibilité d’être dans le coup si une opportunité se présente. L’option côté français nous a souri. Nous prenons la tête devant Okalys à la hauteur de Coppet puis c’est tout droit sur Genève. Ça a été chaud jusqu’à la fin, le vent diminuait à l’approche de la ligne d’arrivée et Okalys finit quelques mètres derrière nous !  »

Nicolas Charbonnier, tacticien d’Alinghi :  » Sur la Genève-Rolle nous avons eu des difficultés sur la première partie du parcours et on passe neuvième à Rolle. Quand les airs rentrent, nous protégeons le côté français et rattrapons le gros de la flotte. On est deuxième en entrant dans le Petit Lac. On a encore attaqué, on voulait gagner, mais ça n’a pas payé, ça nous vaut finalement une place… ça fait partie du jeu.
C’est un beau week-end pour Alinghi. Au classement général nous sommes bien positionnés mais pour savoir comment aborder la suite il faudra faire le point après le Bol d’Or Mirabaud la semaine prochaine car c’est une course où il peut se passer beaucoup de choses… Il reste pas mal de régates et tout peut arriver !  »

La prochaine course aura lieu samedi prochain avec le célèbre Bol d’Or Mirabaud. Les D35 retrouveront dans leur catégorie M1 le Ventilo M1 Safram, et également le GC32 Edmond de Rothschild qui a été optimisé pour les vents faibles du lac.

Team Tilt solide leader du D35 Trophy

Francis Joyon autour du monde en équipage

Francis Joyon, skipper et Patrice Lafargue, président du groupe IDEC, ont annoncé aujourd’hui le programme du marin.

L’acquisition de l’ex Banque Populaire VII, ex Groupama 3, étant acté, l’annoncé la plus logique était une reprise des tentatives de records en solitaire pour Francis Joyon qui a collectionné les temps en solo au cours des dernières années.

Or c’est tout autre chose que le skipper a dévoilé, une tentative de Trophée Jules Verne dès cet hiver.

Cette tentative sera fait avec un équipage réduit (6 maximum). La préparation et les navigations d’entrainement seront courtes.

Francis Joyon récupérera le trimaran le 15 septembre, il entrera alors en chantier pour recevoir ses nouvelles couleurs, et réinstaller le mât utilisé en solo. Celui-ci a été préféré par le skipper pour une question de légèreté, de fiabilité et de performance (ce mât étant plus performant que le gréement d’origine version équipage de Groupama 3) dès 20 noeuds de vent.

Le stand by débutera dès la fin novembre.

La confrontation directe avec Spindrift 2, le maxi trimaran de 40m qui sera mené par Yann Guichard et Dona Bertarelli, est donc une possibilité.

Francis Joyon autour du monde en équipage